Version imprimable de cet article

31 ans après Tchernobyl, dernière vigie devant l’OMS.

29 avril 2017

Les Amis de la Terre 74 y étaient.
JPEG - 43.9 ko

Depuis 10 ans, des bénévoles se sont relayés chaque jour devant le siège de l’OMS pour protester contre les effets des retombées nucléaires et le silence des autorités. Une vigie qui a pris fin le 26 avril 2017, anniversaire de Tchernobyl, avec le dépôt d’une stèle.
Une chaîne de télévision locale était présente et a mis en ligne le soir même son reportage : « Fin de la vigie nucléaire devant l’OMS ».
http://www.lemanbleu.ch/fr/News/Fin-de-la-vigie-nucleaire-devant-l-OMS.html

Pour marquer les 10 ans de la Vigie d’IndependentWHO-Santé et Nucléaire, différentes actions se sont déroulées à Genève, au carrefour des Morillons, face à l’OMS :

- 12h à 15h30 : Grande Vigie
Elle s’est tenue au carrefour des Morillon, devant le bâtiment de l’OMS, à l’endroit où, pendant 10 ans, du lundi au vendredi et par tous les temps, de 8 à 18 heures, 1 à 3 volontaires se sont tenus debout, pacifiquement, pour signaler aux passants et, SURTOUT aux employés et visiteurs de l’OMS, que cet organisme ne jouait pas son rôle en mentant et en n’informant pas les populations des dangers du nucléaire pour notre santé et pour notre environnement.
JPEG - 30 ko
A côté d’une grande affiche, comme des "hommes-sandwiches", ils portaient une pancarte avec différents textes en anglais et/ou en français.
Par exemple "Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas"
JPEG - 578.8 ko

- 15h45 : Inauguration de la stèle érigée pour les victimes du nucléaire à l’emplacement où se tenait la vigie. Il y a eu quelques brèves prises de parole : Rémy Pagani (Conseil administratif de la de ville de Genève), Annie Thébaud-Mony (sociologue, INSERM), Roland Desbordes (Criirad), Anne-Cécile Reimann (Contratom) et Paul Roullaud (initiateur de la vigie d’IndependentWHO)
JPEG - 557.2 koComme la météo était délicate, le texte de la stèle est peu lisible sur la photo.
On peut y lire, en français et en anglais :
"Pour la reconnaissance des victimes du nucléaire
passées, présentes, futures
Ici, dix ans de présence continue des vigies
d’IndependentWHO
du 26 avril 2007 au 26 avril 2017"

- 17h : Une délégation de 4 personnes s’est rendue à l’OMS pour donner le livre de Wladimir Tchertkoff (The Crime of Chernobyl - the Nuclear Gulag) qu’il a dédicacé à l’attention de Madame Chan, directrice de l’OMS en fin de mandat).
La proche collaboratrice de madame Chan qui a reçu cette délégation a été surprise par cette démarche, a été étonnée de notre accusation de mensonge et a promis de transmettre le livre et notre message à Madame Chan............
Un journaliste était présent mais aucune photo n’est disponible.

- 18h : A partir de la Place des Nations, participation à la manifestation organisée par Contratom, groupe antinucléaire genevois, afin d’entretenir le public genevois sur les dangers du nucléaire et des ses centrales, aussi bien suisses (Mühleberg par exemple) que françaises. Il a été mentionné spécialement celle du Bugey car en cas de problèmes, la ville de Genève serait directement concernée, ce dont les autorités locales étaient pleinement conscientes et agissantes auprès de la France.
JPEG - 299.7 ko

Pour avoir plus de détails sur l’action menée par Independant-Who :
http://www.amisdelaterre74.org/ecrire/?exec=article&id_article=631

Sinon, quelques rappels :
Depuis le 26 avril 2007, tous les jours de la semaine, par tous les temps, de 8 à 18 heures, les Vigies d’IndependentWHO - Santé et Nucléaire ont demandé à l’OMS de revenir sur ce mensonge criminel et de dire la vérité sur les effets sanitaires de ces rayonnements, notamment sur les victimes des retombées des essais nucléaires militaires et celles des catastrophes civiles de Tchernobyl et de Fukushima.
Après 10 ans de protestation silencieuse les Vigies d’IndependentWHO - Santé et Nucléaire constatent que le déni officiel reste entier, en dépit des témoignages des victimes et des publications scientifiques indépendantes qui le prouvent.
Cependant, de plus en plus de citoyens et une partie du monde scientifique soupçonnent que toute la vérité n’a pas été dite.
Son objectif est d’obtenir que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) remplisse sa mission de protection des populations touchées par la contamination radioactive.
En effet, un accord secret a été signé le le 28 mai 1959 entre l’Organisme Mondial de la Santé (OMS – WHO en anglais) et l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique - IAEA en anglais).
On peut y lire notamment :
- L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique et l’Organisation Mondiale de la Santé reconnaissent qu’elles peuvent être appelées à prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de renseignements qui leur auront été fournis …
- Le secrétariat de l’AIEA et le secrétaire de l’OMS se tiennent mutuellement au courant de tous les projets et tous les programmes de travail pouvant intéresser les deux parties.
- L’OMS reconnaît qu’il appartient précisément à l’AIEA d’encourager, d’aider et de coordonner dans le monde entier les recherches ainsi que le développement et l’utilisation pratique de l’énergie atomique à des fins pacifiques sans préjudice du droit de l’OMS de s’attacher à promouvoir, de développer, d’aider et coordonner l’action sanitaire internationale, y compris la recherche, sous tous les aspects de cette action.
- Chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord.
Pour en savoir plus :
http://independentwho.org/fr/accord-wha12-40/
Et encore plus
http://independentwho.org/media/Documents_Autres/Texte_complet_de_L_accord_OMS_AIEA.pdf
*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-**-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*