Version imprimable de cet article

JUSQU’OU IRONT-ILS ?

30 juin 2016, par PJ

PLAINTE DEPOSEE CONTRE LE MAIRE D’ANNECY SAMEDI
STREAPTEASE IMPOSE A LA PORTE DU CONSEIL DE LA C2A JEUDI

Comment qualifier l’attitude de Jean Luc Rigaut, président de la C2A à l’issue de la précédente session du 19 mai ?

A notre sortie, nous n’avions pu que constater la disparition de nos banderoles placées à l’extérieur du Météore à Meythet.
Après quelques recherches, un témoin nous a déclarés formellement avoir reconnu monsieur Rigaut en compagnie d’une élue arracher rapidement nos banderoles et les emporter avec lui. Nous avons d’abord préféré lui écrire directement pour les lui réclamer. Mais il n’a même pas daigné nous répondre...

Nous avons donc porté plainte samedi pour vol contre le président de la C2A.

Cet acte n’est pas seulement un délit, il est aussi une atteinte grave à la liberté d’expression.

Comment qualifier ce que nous avons vécu jeudi dernier au Cap Périaz lors de la dernière session de la C2A le 23 juin ?

Nous avions suggéré au public de venir avec le tee-shirt « Sauvons la presqu’île d’Albigny ». Sur place nous avons remis à chacun une feuille de papier sur laquelle était inscrit « Intérêt général ? Pour qui ? », et demandé de la brandir à l’arrivée de chaque élu.

Nous avons été très surpris d’être accueillis par un service d’ordre impressionnant. Leur mission ? Rassurer les élus qui paraît-il « entrent désormais en réunion la peur au ventre » (dixit Bernard Accoyer) ? Les protéger contre toute agression de « la minorité très offensive et très organisée » (selon le même) ?

Cette démesure outrancière a franchi un cran de plus lorsque nous avons comme à l’habitude souhaité assister aux débats publics. Barrant l’accès du bâtiment, les forces de l’ordre ont fouillé tous les sacs et interdit d’entrer à quiconque détenait la feuille de papier précédemment décrite, même pliée. Ridicule !

Plus grave, les personnes ayant revêtu leur tee-shirt « Sauvons la Presqu’île », n’ont pu entrer sans l’avoir enlevé. La stupeur a fait place à l’indignation, l’humiliation à la colère .
Devant les caméras de télévision, sous la température caniculaire de ce jour là, les porteurs de seuls tee-shirts ont donc du, en public, se dévêtir et renfiler leur vêtement….à l’envers, tout « signe distinctif » ayant alors disparu !!!

Plus tard, Mr Accoyer a lancé des propos volontairement provocateurs et totalement outranciers, en direction des opposants au centre de congrès.

Mais le public a été exemplaire et a su se contenir devant de telles marques d’un pouvoir autoritaire décidément aux abois.

Pourquoi de tels agissements alors que le projet a été sans surprise déclaré d’intérêt général lors du vote des conseillers d’agglo ?
Auraient t-ils au fond des doutes sur l’aboutissement du projet ?

Quoiqu’il en soit, et quoiqu’il leur en déplaise, intacte est notre détermination à poursuivre l’opposition au centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny.