Version imprimable de cet article

INTERET GENERAL ? POUR QUI ?

23 juin 2016, par PJ

Nous serons au conseil d’agglo ce JEUDI 23 JUIN 2016, à CAP PERIAZ pour assister aux « débats »sur le point 12 de l’ordre du jour : l’adoption d’une déclaration de projet portant sur l’intérêt général du projet.

Nous réclamerons ce que chaque citoyen est en droit d’attendre : l’argent public doit être dépensé dans l’intérêt général de tous et pas d’une poignée. Chaque euro dépensé doit être un euro utile.

Or le rapport de la commission d’enquête a clairement affirmé que l’opportunité du projet n’était pas avérée. C’était sans compter sur le fait que le maître d’ouvrage ne tient aucun compte de cet avis consultatif.

Nous sommes scandalisés du mépris avec lequel est traité la commission d’enquête après le travail phénoménal qu’elle a effectuée  : rapport de 115 pages, 18 conclusions négatives et 180 questions posées au maître d’ouvrage dont les réponses ont permis d’aboutir à cet avis défavorable.

Nous sommes scandalisés du mépris avec lequel sont traités tous ceux qui ont répondu à cette enquête, seule possibilité pour eux de s’exprimer sur le projet. Taxés d’"activistes" par Bernard Accoyer qui en un mot réduit l’opposition à un bloc homogène contre tout (contre lui ?).

Les nombreux hommes et femmes qui ont pris la peine de se déplacer, pour exprimer leur opinion, anonymes, simples citoyens, soucieux face à ce projet sont-ils des activistes ? Bernard Bosson est il un activiste ? Sommes nous des activistes ?

Nous nous opposons à un projet que l’on veut faire passer en force en brandissant l’alibi économique et social.

L’absence de concertation depuis 2012 a été affirmée par la commission d’enquête dès sa première conclusion.
Interrogé sur l’absence d’un débat contradictoire, le maître d’ouvrage répond. (p44 rapport de la commission d’enquête) : « cette procédure n’est pas obligatoire. Le choix retenu a été de procéder à un processus d’information continu tout au long de la conception du projet. »

L’information n’est en aucun cas de la concertation. Et ce n’est pas en assistant aux réunions publiques ni en lisant le journal de l’agglo, que le citoyen pouvait se faire une vision claire et précise du projet de CESC. Informer réellement la population, a constitué notre première tâche depuis 5 ans.

N’aurions nous pas le droit de nous exprimer et de remettre en question un projet à partir du moment où il est présenté par des élus ?

N’oublions pas que Mr Rigault a été élu avec moins de 50 % de participation (7331 voix) et Mr Accoyer 53 % (4933 voix). A eux deux, il ne totalise pas le nombre de signatures que nous avions obtenus à notre pétition. Leur légitimité est toute relative.

Elle ne les empêche pas de respecter la loi et les jugements.

Or leur déclaration d’intérêt général ne comporte aucune mention des jugements rendus et procédures en cours.
Le jugement définitif de la CAA de Lyon du 23 février 2016 a réaffirmé le principe d’extension limitée de l’urbanisation et la protection des parcs et espaces boisés les plus significatifs.
Le jugement de la Cour administrative de Grenoble du 26 septembre 2015 indique clairement que l’on ne peut se retrancher derrière le ScOT pour se dispenser du respect de la loi Littoral.

Nous serons présents ce soir. L’intérêt général ? Pour qui ?